Déclinaison des Invincibles

Ces corps féminins sont invincibles. Ils ont traversé les saisons du feu pour connaître un état de calme froid et pur : la porcelaine.
J’ai voulu sculpter la douleur muette du corps muté. Le non-visage est un cri silencieux séparé de son corps par sa propre métamorphose sans origine ni destination.
C’est une forme silencieuse de tératologie, la monstruosité de l’absence d’image, l’invincible impuissance devant la perte de soi.
La bouche chante le son de l’explosion du corps, le désir impétueux d’une prière sans langue, elle va parler comme on crie sans langage.
Au public de refaire l’unité, de recomposer l’autre qu’il est lui-même.
Figer la séparation, et maintenir cette séparation unie et intacte par la céramique, voilà le sens du projet esthétique ici présenté.